Nos Membres

Title
Logo Union Veneers

Entrée des membres

Évènements

Il n'y a pas d'événement planifié à venir.

L’approvisionnement de bois de déroulage au Québec… Où en sommes-nous?... Où allons-nous?


L’auteur, Joël Quévillon CA, est vice président foresterie pour la compagnie Commonwealth Plywood Ltée. À l’emploi de l’entreprise depuis 1996 il est responsable de l’approvisionnement sur toutes les terres publiques.

 

Les normes ont changé

Dans les années 60, 70 et 80 la coupe à diamètre limite était pratiquée dans les forêts feuillues du Québec. On coupait le bois selon la grosseur et l’utilisation prévue. Au début des années 90, les orientations et les actions du gouvernement ont confirmé que la coupe de jardinage serait la seule méthode valable pour aménager les peuplements de qualité. Ce type de coupe sélective (ou partielle) vise à récolter des arbres en prenant soin de laisser sur pied une majorité de tiges de qualité en pleine croissance et favoriser une régénération en essences désirées. Au début de la présente décennie, une étude sur les effets réels des coupes de jardinage a démontré que la croissance anticipée des peuplements traités n’était pas au rendez-vous. Le Ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) allait donc modifier la façon de classer les arbres en forêt pour la saison 2005-2006. Il en résulte que maintenant les coupes cibles systématiquement les arbres les moins vigoureux, les plus malades et abimés. C’est une course aux arbres les plus laids…

 

L’effet domino

La forêt qui recèle les billes de qualité déroulage est une forêt mélangée où plusieurs essences et qualités sont présentes. Le fait de prélever systématiquement les tiges de moindre qualité augmente donc le volume de bois de trituration (bois à pâte) et réduit au minimum la probabilité de tronçonner une bille de qualité déroulage. Donc pour une même superficie de forêt, la valeur de la fibre prélevée diminue dramatiquement.

 

L’effet domino s’amplifie lorsque l’on considère que cette augmentation de bois de trituration générée survient au moment où les papetières ont vu leur capacité de payer la fibre réduire dramatiquement. On diminuait les besoins de bois à pâte au moment où les règles exigeaient d’en produire plus. La quantité de bois de qualité déroulage (et sciage) ne pouvait donc plus générer assez de valeur pour couvrir les coûts de récolte. Les usines de sciage et déroulage ferment leurs portes, elles ne récoltent plus les superficies « jardinables », génèrent moins de bois de trituration pour les papetières et ne génèrent plus les sous-produits (copeaux produits par le scieur et dérouleur) pour les papetières. Ces mêmes sous-produits réduisaient le coût de fibre des papetières.

 

L’impact sur les coûts

Le prix de revient d’un mètre cube de bois d’œuvre feuillu à donc exploser ces dernières années. Le MRNF a essayé de compenser en partie l’augmentation des coûts de récolte par des crédits sylvicoles plus généreux, mais il a refusé de compenser la réduction de la valeur du panier de produit récolté. Il en résulte donc que la superficie de forêt qui génère un plus faible volume de déroulage n’en génère pas puisqu’elle ne peut être récoltée économiquement. Bref la stratégie sylvicole retenue est trop coûteuse et le gouvernement ne compense pas les entreprises qui font la récolte.

 

Le futur proche

Les fermetures définitives des papetières, les recours à la protection de la faillite, les normes environnementales plus strictes (et par conséquent plus coûteuses), les aires protégées qui réduisent la possibilité forestière, la nouvelle stratégie en place qui est économiquement non-viable laissent peu d’espoir à une reprise rapide des activités de récolte de bois feuillu de qualité en quantité suffisante pour les prochaines années. Le MRNF travaille actuellement à l’élaboration d’un nouveau régime forestier pour 2013. Beaucoup d’efforts sont investis sur cette nouvelle façon plus régionale d’aborder la forêt. Le problème est que 2013 c’est très loin quand des entreprises se demandent si elles seront en vie demain…

repertoire des membres

infolettre